Actualité

Romans

Autres Textes

Presse

Librairie

Vidéos

A + Pollux

Bibliographie

Biographie

Liens

Contacts
modele

 

 

HEMORRAGIE DANS LA MACULA

Il m'arrive un truc terrible à l'œil. Gauche, l'œil gauche. Je ne vois plus grand-chose de l'œil gauche, très trouble en tout cas, et je ne sais pas pourquoi. Ce qui me rassure, c'est que je suis loin d'être le seul (non pas à ne plus rien voir de l'œil gauche, non, car un nombre effarant de gens voient parfaitement bien de l'œil gauche (ça me donne le vertige, d'ailleurs), mais à ne pas savoir pourquoi) : j'ai sidéré les plus grands pontes de l'ophtalmologie française, qui me disent tous que c'est extrêmement rare, extrêmement, et que surtout on ne peut pas connaître la cause de ce truc terrible extrêmement rare qui m'a frappé l'œil gauche en plein cœur (étrangement, je suis fier). Voilà, j'ai eu comme une explosion dans l'œil gauche. Dans la macula. Je ne sais pas ce que c'est, la macula, mais à mon avis c'est hyper central et grave important de sa race. Une explosion minuscule (je pense que j'ai été choisi par les extraterrestres, quelque chose comme ça), en plein dans la macula, a provoqué ce que les spécialistes appellent une hémorragie maculaire. J'en garderai donc, jusqu'à la tombe, une vision du côté gauche pareille à celle de la vieille taupe saoule (mais question vision du côté droit, je suis un tueur), à cause d'une petite cicatrice dissimulée au fond de l'œil, au milieu – ça quand même, c'est la classe, le truc de séduction foudroyante, je suis le pirate en version cachée, microscopique, je suis l'Albator secret.

Bref, en fin de compte, c'est une chance (pourquoi moi, mystérieux extraterrestres ?), c'est le ciel qui me vient en aide. On dirait pas, évidemment. Mais sachez mes amis que toujours dans l'ombre effrayante il y a la lumière (mais si, c'est vrai). Ce n'est pas tellement cette histoire d'Albator, car je suis un homme simple et discret, mais voilà : autrefois, avant le drame, je pataugeais misérable dans les problèmes et l'angoisse. Aujourd'hui, frappé par le sort, je suis devenu solide, insouciant et sûr. Autrefois, je ne savais pas quel était le problème, je me sentais assailli par des ennemis diffus et flous, impossibles à identifier (ça fait peur). Aujourd'hui, ils me paraissent inoffensifs, du balai petits joueurs, et je sais où est le problème : dans mon oeil gauche. C'est tout petit, un oeil. (Ça se cerne facilement.) C'est pratique. Et puis autrefois, je vivais en permanence dans l'angoisse qu'il m'arrive quelque chose de grave. Tout allait trop bien (hormis ces problèmes inconnus qui me tournaient autour), je sentais qu'une catastrophe pouvait tout foutre par terre, un ACCIDENT, le truc rare et inexplicable qui vous frappe en plein bonheur. Ça fait peur. Les yeux, surtout, ça me terrifiait. Ne serait-ce qu'un oeil. Pitié, non. Je ferai tout ce que vous voulez.

Aujourd'hui, au moins (fabuleuse sensation de puissance et d'invincibilité), je sais qu'il ne peut plus rien m'arriver à l'œil gauche. Je suis sauvé, question œil gauche. Et je suis désolé, mais tout le monde ne peut pas en dire autant.


© Philippe Jaenada, 2004.